Réduire l’impact du e-commerce avec l’innovation

  • Par Teoman Atamyan
    • 01-12-2022
    • read
  • Twitter
  • Linkedin
Réduire l'impact du e-commerce avec l'innovation

Avec l’approche des fêtes de fin d’année, Odoxa, Leyton et Mascaret ont souhaité analyser l’impact du e-commerce pour les français et comment le réduire. Gain de temps, prix plus intéressants, pollution liée aux livraisons… Comment réduire l’impact du e-commerce avec l’innovation ? Découvrez les résultats de cette enquête.

Les français et le e-commerce

Les Français révèlent, par cette étude, une connaissance accrue de l’impact de leur consommation (modes et motivations) et un « bon sens » salvateur quant aux moyens de le limiter. Reste à savoir s’ils seront prêts à appliquer une certaine sobriété dans leurs choix d’achat. La technologie, via des innovations – digitales (serveurs), produits, contenants, logistique, transports – pourrait les aider … à ne pas choisir.

Pour rappel, on a pu observer un boom du commerce en ligne de +37% en 2020 demeurant cependant loin derrière le commerce de détail (en valeur le commerce en ligne pèse seulement 16% du commerce de détail). Avec une émission de 20M m3 de CO2 (équivalent à 7M de véhicules thermiques) le commerce en ligne a un impact écologique clairement identifié par 77% des français.
Dès lors, on observe des innovations qui ont vocation à accélérer la performance de ce « commerce digital » pour continuer de profiter de son apport en terme de qualité de service tout en se rapprochant de l’efficacité, notamment logistique et environnementale, dont bénéficie le commerce de proximité.

E-commerce : un offre variée qui se doit d’innover

Différents segments du commerce en ligne :
Le marché du produits neufs : Amazon, Cdiscount
Le marché de la seconde main : Vinted, leboncoin, Vestiaire collective

  • Le commerce de produits neufs concentre les impacts écologiques et sociaux les plus forts du fait de coûts d’entreposage et d’emballages mal optimisés, ou de livraisons dont la coordination, au moins des routes et des volumes de chargement prennent peu en compte de critères environnementaux ou humains.
  • Le commerce de produit de seconde main alimente positivement une approche d’économie circulaire et de réduction des déchets. Le digital et la livraison à domicile en facilite l’accès et la circularité.
  • Le « commerce de spécialités » enfin a pu tirer profit d’un marché adressable autrement plus vaste. Les artisans, TPE ou PME commerciales et industrielles qui ont su prendre le virage digital ont eu accès à des marchés autrement inaccessibles pour des entreprises de cette taille.

Les conséquences du e-commerce sur l’environnement

En théorie, le e-commerce devrait, devra avoir des conséquences positives pour l’environnement (au lieu d’avoir chaque personne qui conduit de chez lui à la boutique, un livreur fait une tournée et livre tout le monde).
Mais ces bénéfices disparaissent à mesure que les délais de livraison se raccourcissent ou que le volume de biens à livrer est mal maitrisé (donc mal planifié). Mais alors, comment réduire l’impact du e-commerce avec l’innovation ?

D’où vient la différence d’impact écologique entre le commerce en ligne et le commerce « brick and mortar » ? Les études montrent qu’il n’y a pas de différence de modes de production entre online et magasin traditionnel, les impacts viennent de :

  • L’entreposage
  • La distribution

Comment réduire l’impact du e-commerce avec l’innovation ?

Travailler sur les emballages avec des procédés innovants

Face à la sensibilisation des consommateurs à l’importance de réduire la pollution générée par les emballages, les entreprises travaillent désormais de plus en plus sur l’optimisation de leurs emballages qui peut prendre plusieurs formes : investissement dans des machines pour fabriquer des cartons adaptés au contenu, et ainsi, réduire le volume de vide ; substitution d’un matériau polluant (difficilement recyclable par exemple) par un matériau moins polluant (recyclable, biodégradable, intégrant des matières recyclées,…) ; suppression d’une unité d’emballage ; utilisation d’emballages réutilisables…


Des start-ups viennent à fournir des solutions numériques pour mieux gérer sa ligne logistique tout en optimisant le contenant – sa taille et sa réutilisation. Livingpackets baséhttps://fr.livingpackets.com/ à Nantes, permet ainsi au commerçant de récupérer ses contenants intelligents tout en apprenant de ses trajets (temps d’attente par étape, plateformes, transports multi-modal etc…). L’ensemble étant développé voire breveté par des équipes R&D – le logisticien, le packageur devenant « chercheur » – Signe de l’enjeu stratégique pour la filière (que soutient Leyton par ses solutions de financement).


Optimiser les tournées de livraison grâce à l’innovation

  • Réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) et particules fines
  • Mutualiser un maximum de livraisons sur un parcours
  • Réduire l’impact carbone en optimisant les tournées de véhicules grâce à la recherche opérationnelle en œuvrant sur : la distance, les lieux, la volumétrie des colis, la volumétrie des camions, l’ordonnancement des colis et les délais de livraison
  • Effectuer une analyse prédictive des livraisons grâce à l’intelligence artificielle (IA) liée ) la Big Data. L’objectif est d’anticiper les charges et les lieux pour mieux adapter la réponse à la demande et d’adapter le dimensionnement des flottes de camions et emplois de livreurs en fonction de la densité estimée de la charge.
  • Développer des plateformes mutualisées intelligentes pour les colis, pilotées par des algorithmes de recherche opérationnelle, de l’intelligence artificielle (IA) et Big Data, afin de mieux remplir les camions autonomes de tout un ensemble de transporteurs. Stéphane Layani, président de la Semmaris, entreprise gestionnaire du marché de Rungis, indiquait récemment sur la plateforme e-RSE que la mutualisation de la logistique et des transports était une solution viable pour limiter les petits trajets et rendre la filière durable.

Travailler sur les moyens de livraison

Des moyens plus doux de livraison sont actuellement utilisés notamment pour le dernier kilomètre (des triporteurs électriques, des écolivreurs, mobilité douce).
Les véhicules autonomes électriques pourront se déployer quand les villes auront également adapté leurs infrastructures pour en sécuriser le déplacement. L’urbanisme trop souvent délaissé de ces sauts technologiques devra ainsi se pencher sur ces flux Intramuros des marchandises.

Eduquer le consommateur sur le commerce en ligne et son impact

Le délai de livraison (court, moyen, long) fait sensiblement varier l’impact environnemental de cette livraison : livré en 1h émet ainsi huit fois plus de NOx et de CO2 qu’une livraison en 24h.
Le « ré-enchantement » de l’expérience en magasin passera peut-être aussi par le rappel de son « efficacité » environnementale. Mais cela ne saurait suffire.

Le brick and mortar doit répondre aux avantages de son pendant digital

  • Des outils “d’aide aux choix” trop absents des magasins
  • Des magasins en ligne ouverts 24/7
  • Des délais de livraison de plus en plus courts, qui révèlent l’effort d’aller en magasin avec une attente même brève (et parfois quelques heures)
  • La déception de l’expérience magasin (absence de stock, qualité du conseil, pas d’aide à la décision)

Sources :

www.orion-testing.leyton.com
rapport fev2021 pour un développement durable du commerce en ligne https://www.strategie.gouv.fr/sites/strategie.gouv.fr/files/atoms/files/fs-rapport-pour_un_developpement_durable_du_commerce_en_ligne-11-03-2021.pdf
etude de Institue for Transportation Studies, 2020, mission https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S1361920919302639?via%3Dihub
Article de 2018 sur le “vide” dans le transport généré par le e commerce : https://www.lesechos.fr/industrie-services/energie-environnement/les-industriels-de-lemballage-alertent-sur-le-cout-ecologiquedu-vide-138895
Etude Axios de 2019 qui évalue le cout écologique des livraisons Amazon https://www.axios.com/fast-delivery-climate-change-amazon-walmart-target-40d0b733-ad06-4b88-9a07-5ac9b6a5c03b.html
Urbanisme et livraison
https://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/opinion-comment-reinventer-la-livraison-a-domicile-de-colis-1170645

Auteur

Teoman Atamyan
Teoman Atamyan

Directeur pôle Innovation

Découvrez nos derniers insights

Voir plus arrow_forward
Evolutions technologiques et vote électronique : quels impacts ?

Evolutions technologiques et vote électronique : quels impacts ?

Les machines à voter en bureau de vote, retour sur l’historique de leurs déploiements et ut...

Le 5 leviers RH et fiscaux pour sauver les grandes industries françaises

Connaissez-vous les 5 actions pour financer votre progrès dura...

Dans le contexte inflationniste actuel, il peut être difficile de trouver les ressources financiè...

Réunion sur les Appels à projets 2022

Top 5 des appels à projets en 2022

Afin de soutenir le financement de projets innovants en France, de nombreux appels à projets sont...

entreprise industrielle et crise énergétique : mettez en place un audit énergétique pour faciliter votre transition

Crise énergétique : comment lier sobriété, rentabilité et fina...

Dans un contexte de crise énergétique et de pression du gouvernement, les entreprises industriell...

Suppression de la CVAE : quels impacts pour les collectivités ?

Suppression possible de la CVAE à horizon 2024 ?

La cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) est qualifiée par le gouvernement d’im...