Les rendez-vous de l’innovation : sondage « les Français et le recyclage des déchets »

Retrouvez notre sondage sur le lien qu'ont les Français avec la gestion des déchets. L’œil de l’expert Marie Pierre LORSIGNOL Expert Énergie Leyton.

APRIL 15, 2021

12:00 AM

Par Marie Pierre LORSIGNOL

Chaque mois, le baromètre « Les rendez-vous de l’innovation » d’Odoxa / BFM sonde l’opinion des Français autour des sujets d’innovation. En Avril, focus sur le déchets : priorité n°1 en 2021! Quels regards portent les français sur la gestion et la valorisation des déchets par les industriels, l’État et les collectivités ? Vous découvrirez dans cette synthèse, ce qu’ils pensent des évolutions juridiques, des pratiques industrielles et de l’usage de l’innovation et du digital sur ce sujet…

1°) Les Français ont largement adopté le tri, mais la jeune génération est moins active que ses aînés.

Très majoritairement le tri des déchets est entré dans le quotidien des Français. C’est une tendance constante depuis bon nombre d’années depuis l’entrée en vigueur en 1992 de la Loi Royal, qui oblige les communes françaises à valoriser et recycler leurs déchets.

Toutefois, si les Français accordent beaucoup d’importance à une bonne gestion des déchets, on constate néanmoins des disparités selon les tranches d’âge. Nos aînés trient en effet davantage les déchets que la jeune génération, pourtant plus mobilisée sur les questions environnementales. Les personnes âgées restent davantage chez elles, ont de plus grands logements et notamment des maisons avec jardin, ce qui leur permet de trier plus facilement.

C’est sans doute via le recours grandissant aux technologies digitales dans le traitement des déchets que la jeune génération pourra davantage s’impliquer. Là, l’innovation est omniprésente. L’un de nos clients, Living Packets, propose ainsi des colis connectés, que l’on peut suivre grâce à la 4G. Ce colis est réutilisable. L’objectif de cette société est de remplacer tous les colis à usage unique afin de réduire l’impact environnemental.

Surtout, l’apport des différents capteurs -qui vont se développer grâce à la 5G- ouvre un champ considérable à toutes les innovations pour améliorer la gestion des déchets et permettre un meilleur recyclage. C’est cette évolution qui permettra d’embarquer au quotidien la jeune génération, beaucoup plus connectée.

2°) Les Français approuvent les mesures visant à réduire les déchets comme l’interdiction des plastiques à usage unique (84%) mais méconnaissent encore largement la loi AGEC (43%)

En réalité les Français connaissent la loi AGEC mais ne le savent pas : le nom de cette loi a été peu médiatisé mais une partie de ses mesures l’a été fortement, comme l’interdiction progressive des emballages plastiques à usage unique. Son objectif est de développer la prévention, la réparation, la réutilisation, le recyclage, au détriment de la destruction des déchets.

La loi AGEC impose ainsi un indice de réparabilité des produits électroniques, pour inciter les fabricants pour inciter les fabricants à développer des produits plus durables. Or, précisément, les produits électroniques et high tech sont parmi les moins triés par les Français.

Il y a là un chantier énorme quand on sait que seuls 17% des déchets électroniques produits en 2019 ont été recyclés, une année au cours de laquelle la population mondiale a pourtant généré 50 millions de tonnes de déchets d’équipements électroniques et électriques.

La solution passe notamment par le reconditionnement de certains appareils. On voit déjà fleurir depuis quelques années des plateformes d’échanges ou de récupération d’appareils électroniques, comme la plateforme Yes-Yes qui gère les smartphones, leur assurant une deuxième vie ou permettant un meilleur recyclage de ces déchets.   

3°) Pour une vaste majorité de Français, les technologies jouent un rôle fondamental dans la gestion du traitement des déchets

C’est un plébiscite, pour les Français les technologies digitales ont permis d’améliorer considérablement le tri en élargissant le spectre des déchets recyclables. Ils sont largement majoritaires à le penser, de 60 à 94%.

De fait, elles permettent aujourd’hui d’optimiser la collecte donc le transport des déchets grâce aux capteurs présents sur les bennes, et qui envoient un signal lorsque la benne doit être collectée. Cela permet ainsi de réduire la fréquence de collecte et donc celle des émissions de gaz à effet de serre induites par le transport des déchets.

Les sites et réseaux sociaux permettent également d’impliquer l’ensemble des citoyens, via les dispositifs de signalement des dépôts sauvages ou encore du futur dispositif de signalement des emballages jugés excessifs, prévu par la loi AGEC.

La gestion intelligente des déchets sera à n’en pas douter l’une des composantes essentielles de la smart city de demain. Il y a déjà deux millions de points de collecte de déchets connectés dans le monde. S’ajoute à cela le développement prometteur des robots trieurs. Ou encore des robots recycleurs, comme celui mis au point par Apple qui est capable de désassembler 200 portables à l’heure.

4°) Les Français félicitent leurs communes (68%), mais blâment les industries (71%), l’agroalimentaire (64%) et l’Etat (69%) en matière de réduction et de recyclage des déchets

Les attentes des Français sont très fortes. Avec la Loi AGEC ou encore la Convention Citoyenne pour le Climat, l’Etat montre sa volonté de prendre en compte la gestion des déchets mais les choses ne peuvent pas changer du jour au lendemain. Il faut laisser un temps d’adaptation aux entreprises et aux collectivités.

La crise COVID-19 a engendré une explosion de la vente en ligne, et avec, des déchets d’emballages et notamment des cartons. Les Français voient davantage les emballages excessifs, souvent non adaptés au contenu. Ils attendent davantage des entreprises et de l’Etat pour réduire les déchets et améliorer leur recyclage.

Or nombre d’entreprises se sont saisies du sujet, elles mènent déjà des actions mais ne communiquent pas toujours dessus. Par ailleurs, certaines se sentent aussi démunies et ne savent pas comment faire car elles n’ont pas les compétences en interne.

L’une des compétences des branches Energie et Efficience de Leyton c’est précisément d’accompagner les entreprises dans l’amélioration de la gestion de leurs déchets. Via les meilleures filières de valorisation, ou encore en finançant des projets en lien avec l’économie circulaire.

Notre branche Innovation, elle, travaille avec de nombreuses start-ups qui ont recours au digital pour dégager de nouvelles solutions de tri, de recyclage ou de récupération. Pour développer des logiciels pour les incinérateurs ou les sites d’enfouissement des déchets. C’est moins attractif que l’usage du vélo mais tout aussi important pour protéger la planète.

Notre auteur

Marie Pierre LORSIGNOL

Directrice R&D Energie et Environnement

Analyses complémentaires