Quels sont les plus gros émetteurs de Gaz à Effet de Serre (GES) et les secteurs qui compensent le plus ?

  • Par Leyton
    • 25 Avr 2023
    • de lecture
  • Twitter
  • Linkedin
Contribution carbone volontaire

Pour convenablement évoquer les émissions de GES des différents secteurs de l’économie, il est important de commencer par un bref rappel concernant la mesure de l’empreinte carbone d’une entreprise.

Qu’est ce que l’empreinte carbone d’une entreprise ?

Partant du principe que nous ne pouvons maîtriser que ce que nous mesurons, le World Ressource Institute (WRI) et le World Business Council for Sustainable Development (WBCSD) ont engagé en 1998 l’initiative GHG Protocol.

Son objectif ? Définir les principes permettant de mesurer et de reporter l’empreinte carbone d’une organisation, et d’une entreprise en particulier.

En 2001, le GHG Protocol publie le premier Corporate Standard organisant la comptabilité des GES du protocole de Kyoto, en distinguant trois périmètres (scopes 1, 2 et 3) mutuellement exclusifs.

SCOPE 1

Il s’agit des émissions directes de GES qui résultent de la consommation d’énergie primaire de l’organisation. Ces consommations sont principalement le résultat des activités suivantes :

  • Production d’électricité, de chaleur, de froid ou de vapeur ;
  • Traitement physique ou chimique (exemple : production de ciment, de chaux, d’acide adipique, d’acide nitrique ou d’ammoniac) ;
  • Transport de matériaux, de produits, de déchets et d’employés sur site.

SCOPE 2

  • Il comprend toutes émissions indirectes associées à la production d’électricité, de chaleur, de froid ou de vapeur importée ou achetée.

SCOPE 3

Souvent dénommé “élargi”, on y trouve toutes les autres émissions indirectes résultant des activités de l’organisation déclarante, mais qui proviennent de sources autres, notamment :

  • Achats de produits et de services ;
  • Immobilisations des biens ;
  • Activités réalisées en sous-traitance, fabrication sous contrat et franchises ;
  • Transport de produits, de matériel et de déchets en amont et en aval ;
  • Voyages d’affaires des employés ;
  • Déplacements domicile-travail des employés ;
  • Déchets ;
  • Émissions tout au long du cycle de vie des produits et services : utilisation et fin de vie.

Quel est le secteur qui émet le plus de Gaz à Effet de Serre ?

Le secteur de l’énergie est de très loin le plus gros émetteur de GES avec près de trois quarts des émissions globales. L’utilisation de cette énergie est diverse : industrie (exemple : métallurgie), transport routier, aviation ou habitat résidentiel et commercial.

Avec près de 20% des émissions, le secteur primaire, avec l’agriculture, l’élevage, l’agroforesterie et la gestion des sols est également particulièrement émetteur de gaz à effet de serre.

Si l’empreinte carbone des ruminants est bien connue en raison des quantités importantes de méthane qu’ils rejettent dans leur processus de digestion, celle de la gestion des sols est moins évoquée. Pourtant, dans le secteur agricole, ce sont 40% des émissions de GES qui proviennent de l’utilisation de fertilisants et du choix des techniques de pâture.

Lorsque nous agrégeons toutes les émissions liées à la production et la distribution de notre nourriture, nous pouvons considérer que cette dernière est responsable de plus d’un quart des émissions globales de gaz à effet de serre.

Qui « compense » le plus ?

Premièrement on distingue le marché de la compensation réglementaire et celui de la contribution volontaire.

Les secteurs d’activité les plus émetteurs de GES sont soumis aux quotas de CO2 sur le marché de la compensation réglementaire de l’Union Européenne : électricité, sidérurgie, cimenterie, raffinage, chimie, etc. Ainsi par obligation réglementaire, les plus gros contributeurs sont les plus gros émetteurs.

Sur le marché de la contribution carbone volontaire, les organisations qui s’engagent dans cette démarche contribuent généralement à hauteur de leurs émissions résiduelles. Cependant, certaines vont choisir d’aller au-delà comme le groupe Microsoft, qui s’est engagé à « compenser » de manière rétroactive l’ensemble de ses émissions émises depuis sa création.

Ce ne sont donc pas nécessairement les plus gros émetteurs qui contribuent le plus mais les organisations qui sont :

  • Engagées dans une démarche de décarbonation en suivant le schéma estimer – réduire – compenser – communiquer ;
  • Fortement exposées au risque d’image ;
  • Avec des marges financières qui leur permettent d’investir volontairement dans le financement de projets de contribution carbone en l’absence de toute contrainte réglementaire.

Si les secteurs du luxe et des produits de consommation sont particulièrement exposés au risque d’image, aucun secteur d’activité ne semble se distinguer, et le recours à la contribution carbone est de plus en plus partagé.

Dans la pratique, les organisations ont face à elles un écosystème complexe d’acteurs pour acheter des crédits carbone. Ces achats sont répertoriés dans les différents registres des standards (VCS, Gold Standard, Le Label Bas Carbone, etc.). La non agrégation automatique et la non homogénéité de ces registres ne permettent pas d’avoir une vision consolidée en temps réel des contributions réalisées et donc d’identifier les acteurs les plus engagés.

Par ailleurs, il n’y a pas d’obligation pour un financeur de se déclarer publiquement en tant qu’acquéreur des crédits ce qui rend d’autant plus difficile l’identification des financeurs et donc des secteurs d’activité moteurs sur le marché volontaire.

En effet, de plus en plus contribuent mais sans nécessairement communiquer, c’est le phénomène du « Greenhushing ».

Tous les secteurs sont donc représentés et de plus en plus d’entreprises contribuent volontairement en finançant des projets de séquestration ou réduction des émissions de GES adaptés à leurs contextes et enjeux stratégiques.


A votre tour, souhaitez-vous en faire plus pour la neutralité carbone ?

Leyton vous aide à devenir acteur de la transition environnementale.

Leyton vous accompagne sur la définition d’une stratégie d’achat de crédits carbone en lien avec vos enjeux et le sourcing de projets labellisés qui répondent aux préoccupations de qualité, de préservation du climat tout en contribuant à d’autres objectifs de développement durable. En tant qu’acteur indépendant des développeurs ou des revendeurs de projets bas-carbone, Leyton vous garantit des projets au meilleur prix qui répondent à vos besoins.

Auteur

Leyton

Découvrez nos derniers insights

Voir plus arrow_forward
Déclaration IP Box, les 5 erreurs à éviter

IP Box : 5 erreurs à éviter pour optimiser votre bénéfice fiscal

Créé en 2019, l’IP Box est un dispositif fiscal qui permet aux entreprises de bénéficier d’un tau...

CSRD en France : guide complet pour transformer les obligations en avantages compétitifs

CSRD en France : tout comprendre pour transformer les obligati...

La directive européenne encourageant le développement durable des entreprises s'applique aux soci...

égalité homme femme en entreprise

Index de l’égalité professionnelle : obligations légales...

L’heure est à la publication de votre index de l'égalité professionnelle entre les femmes et les ...

Fiscalité 2024 des associations : transformer la contrainte fiscale en levier stratégique au service du développement

Fiscalité 2024 des associations : transformer la contrainte fi...

La fiscalité se complique pour les acteurs du privé solidaire. Dans ce climat fiscal instable, le...