Les rendez-vous de l'innovation - Technologie & innovation dans le cadre des déplacements et voyages

Découvrez les résultats de notre baromètre mené avec Odoxa "Les rendez-vous de l'innovation - technologie et innovation dans le cadre des déplacements et voyages."

NOVEMBER 2, 2020

12:00 AM

Par Caroline Villecroze

L’heure est à la réduction de nos déplacements, et les Français sont convaincus que les innovations et la Tech’ nous aideront à relever ce défi pour l’environnement. Découvrez le contenu de notre baromètre mené avec Odoxa sur les transports et mobilités durables.

Principaux enseignements du sondage :

  • Préoccupation environnementale oblige, une fois la crise sanitaire passée, les Français prévoient de nettement réduire leurs déplacements, surtout lorsqu’ils sont professionnels.
  • D’ailleurs 2 Français sur 3 pensent qu’il faut inciter les entreprises à réduire les déplacements et voyages professionnels.
  • Et pour y parvenir et nous aider à réduire l’empreinte carbone, 7 Français sur 10 (69%) pensent que l’innovation peut être la clé en nous aidant à favoriser des solutions alternatives.
  • Les actifs sont, par exemple, persuadés que les outils de visioconférences pourront jouer un rôle très efficace : 77% d’entre eux pensent qu’ils « peuvent remplacer une grande partie des déplacements professionnels ».
  • De nombreuses innovations technologiques permettant de réduire l’empreinte carbone de nos déplacements sont aussi plébiscitées par les Français. Le covoiturage (79%), les vélos (72%) ou voitures (60%) électriques et même l’avion à hydrogène (67%) ou le cargo à voile (60%) sont des innovations jugées efficaces par une large majorité de Français.
  • Pour nos concitoyens, l’avenir sera à coup sûr à la modération dans les déplacements et à la limitation de notre empreinte carbone et pour nous y aider, pas de doute, l’innovation sera la clé.

L’œil du sondeur : Gaël Sliman, Président d’Odoxa

Préoccupation environnementale oblige, une fois la crise sanitaire passée, les Français prévoient de nettement réduire leurs déplacements, surtout lorsqu’ils sont professionnels


Ainsi, une fois la crise passée, 23% de ceux qui ont de déplacements professionnels comptent en effectuer moins qu’avant contre 9% qui, au contraire, comptent bien en effectuer davantage. Cela représente un solde négatif de -14 points. S’il se traduit bien dans les faits dans les années à venir, ce recul représenterait une baisse spectaculaire du trafic aérien (notamment) pour des motifs professionnels… d’autant qu’il n’y a pas que les déplacements « pro » qui souffriront ; les déplacements privés seront eux-aussi (mais dans une moindre mesure) affectés : on enregistre ainsi un indice négatif de 7 points sur les intentions de déplacements privés.

D’ailleurs 2 Français sur 3 pensent qu’il faut inciter les entreprises à réduire les déplacements et voyages professionnels

Cette tendance baissière qui s’annonce sur les comportements de déplacements s’explique par une philosophie générale pro-environnement très assumée. Ainsi, 66% des Français l’assurent ; « il faut inciter les entreprises à réduire les déplacements et voyages professionnels ». S’ils ne sont pas une majorité à le penser s’agissant des voyages privés, 43% des Français, tout de même, pensent qu’il faut aussi « inciter les Français à voyager moins pour leurs vacances ». Le fameux « flyg skam » a ses émules…


L’œil de l’experte : Caroline Villecroze – Directrice stratégie et RSE de Leyton

« L’opinion française sait clairement que nous sommes à un tournant, que le défi environnemental doit être relevé maintenant, pas demain. La pandémie agit en accélérateur de conscience puisque le ralentissement économique qu’elle impose nous contraint à envisager d’autres modes de fonctionnement. Un quart des Français comptent réduire leurs déplacements personnels et professionnels, et ils sont deux tiers à estimer qu’il faut inciter les entreprises à réduire les déplacements et voyages professionnels.»


« Nous devons changer nos façons de travailler et de nous déplacer pour préserver l’environnement mais également pour nous adapter à la nouvelle donne sanitaire. C’est en cela -on le voit bien- que la pandémie accélère beaucoup de transformations ».

« Pour autant, l’ensemble des Français ne se retrouve pas sur les solutions à mettre en place. Par exemple, si 2 sur 3 sont convaincus que l’innovation nous aidera à réduire l’empreinte carbone produite par nos moyens de transports, cela signifie qu’1/3 des Français attendent encore plus d’alignement entre le progrès, l’innovation et les enjeux environnementaux

« On retrouve cette dualité dans le récent débat autour de la 5G, ou encore celui du recyclage des batteries électrique. De même, un tiers des utilisateurs d’outils de visioconférences n’en sont pas satisfaits. Ce qui montre que l’accompagnement dans la transition numérique doit se poursuivre. D’autant plus qu’avec 55% des personnes concernées qui utilisent la visioconférence moins d’une fois par semaine, l’adoption reste, semble-t-il, encore limitée. »

« Les Français plébiscitent toutes les technologies de déplacement alternatives évoquées dans le sondage même celles qui n’existent encore aujourd’hui que dans les cartons. C’est très encourageant car cela montre que les entreprises qui mettront en place des plans de mobilité durable pour leurs collaborateurs obtiendront un écho très favorable de leur part, notamment en ce qui concerne le covoiturage ou le vélo électrique. Bien qu’ils soient moins directement concernés, le fait que plus de 60% des Français plébiscitent l’avion à hydrogène et le cargo à voile traduit les espoirs placés dans la Recherche et le Développement pour la préservation de notre planète. Et ces innovations sont déjà très réelles ! »

« Chez Leyton, nos ingénieurs innovation et transition énergétique accompagnent et aident au financement de nombreux projets de co-voiturage, de propulsion à voile pour des cargos et bien d’autres projets durables. Et nous constatons que les solutions de transport durable, aujourd’hui clairement attendus par les Français, dépendront plus que jamais du financement de la recherche en France ainsi que des aides mises en places pour leur déploiement. »

Retrouvez l’intervention complète de Caroline Villecroze concernant cette étude sur BFM Business juste ici.

Notre auteur

Caroline Villecroze