L’efficacité énergétique, premier levier de transformation environnementale pour les industriels

  • Par Matthieu Locci
    • 03 Oct, 2022
    • read
  • Twitter
  • Linkedin
L’efficacité énergétique, premier levier de transformation environnementale pour les industriels - Leyton

Les résultats de l’étude menée par Leyton* en collaboration avec L’Usine Nouvelle datant de septembre 2022 sont unanimes : si les industriels ont conscience des enjeux RSE, et notamment du défi énergétique, les initiatives sont encore trop peu développées à cause d’un manque de connaissance des solutions, notamment sur le financement de la transition énergétique et de la transformation environnementale.

Décryptage des chiffres avec Matthieu Locci, Directeur Technique Energie et Environnement, Leyton et Laurent Manach, Directeur Général, Pôle EMC2 (pôle de compétitivité européen en Europe).

*Titre : Les enjeux de la transformation technologique, environnementale et sociétale des industries. Étude réalisée auprès de 260 entreprises basées en France.

Leyton vient de réaliser une étude sur les sujets RSE dans l’industrie. Pourquoi ?

Matthieu Locci (LEYTON) : L’industrie a entamé sa transition énergétique depuis quelques années déjà.

C’est toutefois plus récemment que les entreprises industrielles se sont véritablement emparées des sujets de RSE, notamment liés à la transition environnementale et à la décarbonation. Elles s’intéressent en effet de plus en plus au financement de leurs actions RSE, et surtout dans le contexte actuel, au financement de leur transition énergétique. Avec cette étude, nous avons ainsi voulu comprendre leur démarche RSE et leur niveau de maturité.

Selon vous, quels sont les chiffres les plus encourageants concernant la transition énergétique des industriels ?

Matthieu Locci (LEYTON) : 59 % des répondants estiment que la mise en œuvre d’une stratégie bas carbone passe par la diminution de leur consommation d’énergie et 49 % d’entre eux par l’identification et la réduction des postes les plus carbonés. Dans tous les cas, ces chiffres sont rassurants ! Il est en effet encourageant de savoir que les industriels considèrent la réduction de la consommation d’énergie comme un élément stratégique clé pour décarboner. Le poids carbone des postes de consommation comme l’électrification des processus liés au gaz, par exemple, est un moyen très efficace de réduire les émissions de carbone à long terme, puisque la France est une zone où l’électricité (en grande partie nucléaire) en est pauvre.

Laurent Manach (EMC2) : Pour ma part, c’est le résultat suivant qui a retenu mon attention : 58 % des répondants optimisent la consommation d’énergie/l’ACV des outils de production/processus industriels (innovation de procédé), et 51 % orientent la R&D vers l’écoconception (innovation de produit). Ce chiffre illustre concrètement la démarche RSE qui s’affirme petit à petit dans l’industrie. La logique industrielle se transforme et s’oriente ainsi progressivement vers l’écoconception et l’utilisation de technologies additives. Avec l’évolution des matières premières et les phénomènes de pénurie, il sera rentable de modifier des machines spécifiques et de développer des méthodes de production spécifiques sur une plus longue période.

Quel chiffre vous surprend ?

Matthieu Locci (LEYTON) : Seuls 18 % des répondants affirment avoir envisagé ou mis en œuvre une modification de leurs placements financiers ! Cette solution n’arrive qu’en dernière position des actions de transition énergétique, alors que c’est un levier extrêmement important : l’empreinte carbone de la plupart des grandes banques françaises représente plus de huit fois les émissions de gaz à effet de serre de la France entière. En accordant une plus grande attention aux effets de leurs investissements financiers, les entreprises peuvent réduire drastiquement leur empreinte carbone. Nous constatons régulièrement cela lors des bilans carbone que nous effectuons chez nos clients industriels.

Laurent Manach (EMC2) : Cette donnée est effectivement clé ! Elle montre que le chef d’entreprise est conscient de ce qu’il doit faire et du juste équilibre qu’il doit trouver pour aborder les problèmes et remplir ses obligations de manière responsable. Toute solution liée à la stratégie RSE de l’entreprise industrielle doit ainsi être accompagnée par une gouvernance adaptée.

Le ROI bas carbone se fera en moins de 10 ans, selon plus d’un tiers des industriels répondant. Le contexte actuel peut-il finalement accélérer leur transition énergétique ?

Matthieu Locci (LEYTON) : Les prix de l’énergie ont explosé récemment dans un contexte de crise énergétique. Cette inflation, qui devrait encore durer quelque temps, a divisé par 3 à 5 le temps de retour sur investissement des projets d’économie d’énergie. Grâce aux financements complémentaires liés aux Certificats d’Économie d’Énergie (CEE) ou MaPrimeRenov (incitation gouvernementale à la rénovation énergétique), c’est le moment idéal pour entamer des travaux d’économie d’énergie !

Comment accompagnez-vous la transition énergétique et environnementale des industriels ?

Laurent Manach (EMC2) : Nous permettons aux entreprises d’être mieux informées sur les sujets RSE, en particulier sur la partie énergétique, afin de leur donner des clés de lecture adaptées au contexte actuel et à venir. Nous faisons également le lien entre les appels d’offres et les entreprises pour les aider à obtenir des financements pour leurs projets.

Matthieu Locci (LEYTON) : Leyton accompagne ses clients dans le développement, la gestion et le financement de leur stratégie de transition énergétique : bilan carbone ainsi que des audits énergétiques, mise en place d’une stratégie de transition énergétique/carbone et d’un plan pluriannuel d’économies d’énergie et de décarbonation. Cela inclut le financement par le biais du système des certificats d’économie d’énergie (CEE), l’aide à la préparation de propositions de subventions, telles que les appels à projets ADEME Industry Zero Fossil, l’aide à l’écoconception… ainsi que l’assistance sur les projets de compensation carbone qui sont volontaires.


Nos auteurs

Matthieu Locci est Directeur Technique Energie et Environnement, chez Leyton. Il est responsable du département technique Énergie, qui comprend les divisions Qualité, Réglementation CEE, Audit énergétique et Marchés publics.

Laurent Manach est directeur général du pôle EMC2. EMC2 est un pôle de compétitivité européen qui se décrit comme un accélérateur d’idées, de projets industriels, et de marchés. Le pôle est également spécialisé dans la recherche collaborative dans divers secteurs d’activité. Il rassemble aujourd’hui une communauté de près de 400 adhérents ; il a permis de financer, depuis sa création, près de 350 projets de R&D pour un effort global de près de 1,8 milliards d’euros.

Auteur

Matthieu Locci, Directeur Technique Energie et Environnement, Leyton
Matthieu Locci

Directeur Technique Energie et Environnement

Découvrez nos derniers insights

Voir plus arrow_forward
Evolutions technologiques et vote électronique : quels impacts ?

Evolutions technologiques et vote électronique : quels impacts ?

Les machines à voter en bureau de vote, retour sur l’historique de leurs déploiements et ut...

Actualités réglementaires des Certificats d’Économies d’Énergie (CEE)

Actualités réglementaires des Certificats d’Économies d&...

Confirmation par décret de la hausse d’obligation CEE : La ministre de la Transition énergétique ...

Les tendances de la rénovation énergétique

Les tendances de la rénovation énergétique- Décembre 2022

Arrêté modificatif Ma Prime Rénov’ : Un arrêté publié le 30 octobre 2022 apporte les évolutions s...

Le 5 leviers RH et fiscaux pour sauver les grandes industries françaises

Connaissez-vous les 5 actions pour financer votre progrès dura...

Dans le contexte inflationniste actuel, il peut être difficile de trouver les ressources financiè...

Réunion sur les Appels à projets 2022

Top 5 des appels à projets en 2022

Afin de soutenir le financement de projets innovants en France, de nombreux appels à projets sont...