TURPE 6 : évolutions et conséquences pour le consommateur industriel

24-11-2021

Par L'équipe R&D - Leyton

Depuis le 1er août 2021 le TURPE 5 a laissé sa place au TURPE 6, conformément à une délibération de la Commission de Régulation de l’Energie (CRE) du 21 janvier 2021 officialisant la mise en œuvre de TURPE 6 pour une durée de 4 ans.

Pour rappel, le tarif d’utilisation du réseau public d’électricité (TURPE) correspond au coût de l’acheminement de l’électricité chez les utilisateurs finaux raccordé au réseau d’électricité en basse tension (BT) et haute tension (HT). Le coût de ce tarif est supporté par le consommateur final et est reversé au Réseau du Transport d’Electricité (RTE). Il a pour objectifs de couvrir les coûts pour l’exploitation, l’entretien et le développement des réseaux de transport et de distribution.

Le passage du TURPE 5 au TURPE 6 intervient en réponse aux objectifs de la loi Energie Climat en faveur de l’augmentation de la part d’énergies renouvelables dans le mix énergétique français et donc à la nécessité de financer le développement d’infrastructures.

Si la structure tarifaire du TURPE 6 reprend les mêmes composantes que celles du TURPE 5 (comptage, gestion, soutirage, dépassements de puissance souscrite, alimentations complémentaires et de secours, regroupement, dépassements ponctuels programmés, énergie réactive, injections), ce sont les coefficients de ces composantes qui changent. De ce fait, le coût du TURPE augmentera en moyenne de 0,91% pour les consommateurs HTA/BT de puissance supérieure à 36 kW, et il connaîtra une augmentation d’environ 1,39% par an entre 2021 et 2025.

C’est la composante de soutirage qui engendre l’impact le plus important sur le coût du TURPE (les autres composantes n’ayant qu’un impact résiduel) pour les consommateurs HTA/BT, dont les industriels font partie. Pour en comprendre l’impact, rappelons que les consommateurs doivent choisir leur puissance souscrite sur 5 plages temporelles (HCH, HCB, HPH, HPB, HP) et selon une pointe fixe, mobile, de courte ou de longue utilisation. Pour payer le moins cher possible, le consommateur doit donc choisir la meilleure option en jouant sur les paramètres précédemment cités et ainsi optimiser le coût de son TURPE.

A chaque pointe (fixe, mobile, de courte ou longue utilisation) correspondent des coefficients selon que les heures soient creuses ou pleines et que les saisons soient hautes ou basses. Le TURPE 6 consistant en un ajustement de ces coefficients, cela implique pour le consommateur la nécessité de repenser la stratégie du choix de sa puissance souscrite.

Attention : la prescription est au 30 novembre !

Pour savoir si vous êtes éligible à des abattements liés au TURPE