Le travail hybride se met en place sur la durée

21-02-2022

Par Julien Vernay

La crise sanitaire que nous connaissons depuis 2 ans maintenant a modifié sur le long terme le mode de travail des Français. Le télétravail à 100%, imposé par les confinements successifs, a petit à petit évolué vers un mode de travail hybride, un mix entre distanciel et présentiel.

Près de la moitié des travailleurs actifs français peuvent télétravailler (48%). Parmi eux, 69% ont travaillé à distance sur ces dernières semaines.

Une désorganisation derrière des bénéfices

L’alternance entre télétravail et présentiel semble séduire les entreprises françaises ; il faut désormais trouver l’équilibre idéal, entre bien-être des salariés et risques de désorganisation.  Si côté collaborateurs, le travail hybride est plébiscité et jugé efficace, il pose des difficultés d’organisation pour 54% des entreprises.

En effet, les entreprises vont devoir revoir les incontournables de la fonction RH pour s’adapter au travail hybride des salariés:

La digitalisation est devenue un véritable enjeu pour la direction des ressources humaines. Néanmoins, il faut également prendre en considération l’entretien d’une dynamique de management en se délestant des tâches chronophages.

Néanmoins, les qualités du travail hybride sont nombreuses et permettent notamment aux salariés d‘améliorer l’équilibre vie professionnelle/vie personnelle. Le télétravail est même devenu un critère d’attractivité pour le recrutement des salariés ! Le travail hybride pourrait également permettre une redynamisation des campagnes et des villes moyennes selon 78% des travailleurs hybrides.

Cette évolution des habitudes de travail pourrait, à long terme, avoir des effets collatéraux sur de nombreux secteurs. Par exemple, les entreprises pourraient être amenées à réduire leurs locaux, et ainsi influencer le marché avec une plus forte demande loin des pôles urbains. De même, les transports en commun sur des courtes distances quotidiennes pourraient se trouver moins utilisés que des transports plus longue distance sur des trajets ponctuels.

Un équilibre à trouver

Le travail hybride s’intègre de plus en plus dans le commun des entreprises de manière pérenne : deux tiers des actifs qui peuvent télétravailler indiquent que leur entreprise est en cours (32%) ou bien a déjà conclu (34%) un accord de télétravail.

Reste maintenant à déterminer l’organisation idéale : 47% des répondants de notre étude SuperRH & HyperCroissance envisagent de proposer 2 jours de télétravail et 3 jours en entreprise pour leurs collaborateurs. Un chiffre avec lequel ces derniers semblent en accord : 31% des travailleurs hybrides ont opté pour cette répartition, quelle que soit la catégorie d’âge ou la catégorie sociale. Seuls 13% préfèrent rester en télétravail une journée par semaine, ou bien, à l’inverse, 7% souhaiteraient opter pour une solution intégralement à distance.

34% des travailleurs hybrides indiquent que leur entreprise ne souhaite pas prolonger le télétravail à l’issue de la crise sanitaire. Néanmoins, au vu des nouvelles aspirations des salariés, il est possible que ces entreprises rencontrent des difficultés lors des recrutements et se voient à terme contraintes de proposer cette organisation.

L’explosion des outils digitaux

Le travail à distance a engendré l’explosion des outils digitaux jusque là ponctuellement utilisés. La visioconférence est devenue habituelle (Teams, Zoom, Skype…) pour 75% des travailleurs. Egalement, l’utilisation des outils de messagerie type WhatsApp, Slack, Teams ont explosé : 71% des salariés en travail hybride y ont recours.

Tous ces nouveaux outils génèrent une nouvelle problématique pour l’entreprise : la cyber sécurité. En effet, seuls 59% des travailleurs hybrides confient avoir à disposition un outil de sécurisation à distance type VPN. Qu’en est-il de son utilisation ? Comment s’assurer de la sécurité des données en ligne ? Il faut également prendre en compte les cyber-risques dans les contrats d’assurances.


En bref, le travail hybride s’annonce comme l’un des enjeux principaux pour les RH à la sortie de la crise sanitaire. L’enjeu majeur sera de trouver le bon équilibre afin de ne pas impacter l’organisation de l’entreprise et la productivité des salariés.

Notre auteur

Julien Vernay

Julien Vernay

Directeur Conseil RH - Pôle Efficience