L’activité partielle à l’heure du COVID

  • Par Calypso Viaud
    • 09-05-2022
    • read
  • Twitter
  • Linkedin

La loi impose à l’employeur d’indemniser le salarié en activité partielle par une allocation au moins égale au SMIC (8,03 € net avant déduction CSG/CRDS) et plafonnée à 70 % de 4,5 SMIC BRUT. La convention collective ou l’employeur peuvent néanmoins prévoir le versement d’une allocation plus favorable au salarié.   

L’employeur est ensuite remboursé par l’ASP (Agence de Services et de Paiement). Pour ce remboursement, deux périodes doivent être distinguées :

  • L’activité partielle du 1er février au 31 mai 2020 

Le remboursement de l’employeur s’effectue à hauteur 70% de la rémunération brute dans la limite de 4,5 fois le SMIC (plafond minimal correspondant au SMIC). Autrement dit, l’employeur est remboursé de la totalité de l’allocation prévue par la loi.

  • L’activité partielle à compter du 1er juin 2020

A partir de cette date, le remboursement de l’employeur se fait à hauteur 60% de la rémunération brute dans la limite de 4,5 fois le SMIC, exception faite des entreprises du secteur du tourisme et de l’hôtellerie dont le remboursement reste à hauteur de 70% du brut.

Le cas spécifique de l’activité partielle longue durée

Au dispositif d’activité partielle général, s’ajoute le dispositif d’activité partielle longue durée (APLD). Il permet aux entreprises confrontées à une réduction d’activité durable de diminuer l’horaire de travail en contrepartie d’engagements, notamment, en matière de maintien de l’emploi. La réduction de l’horaire de travail d’un salarié ne peut alors dépasser 40 % de l’horaire de travail du salarié et l’APLD peut être mise en place dans la limite de 24 mois sur une période de 36 mois consécutifs via un accord collectif.

Comme pour le régime général de l’activité partielle, l’indemnisation du salarié se fera à hauteur 70% de la rémunération brute dans la limite de 4,5 fois le SMIC. Toutefois, concernant le remboursement de l’employeur opéré par l’ASP, là aussi deux périodes doivent être distinguées :

  • Pour les accords passés entre le 1er juillet et le 30 septembre 2020

Le remboursement de l’employeur se fait à hauteur 60% de la rémunération brute dans la limite de 4,5 fois le SMIC correspondant à 85,7% de l’indemnité versée au salarié.

  • Pour les accords déposés à partir du 1er octobre 2020

Le remboursement de l’employeur se fera à hauteur de 56% du salaire brut soit 80% de l’indemnité versée au salarié.

La particularité du motif pour garde d’enfant

Enfin, le motif d’absence pour garde d’enfant a fait l’objet de nombreux changements au cours de cette période de pandémie en alternant les dispositifs. Aussi pour plus de clarté, voici une frise distinguant les différentes périodes liées à ce motif :

Auteur

Calypso Viaud

Chargée de développement - pôle charges sociales

Découvrez nos derniers insights

Voir plus arrow_forward
Evolutions technologiques et vote électronique : quels impacts ?

Evolutions technologiques et vote électronique : quels impacts ?

Les machines à voter en bureau de vote, retour sur l’historique de leurs déploiements et ut...

Le 5 leviers RH et fiscaux pour sauver les grandes industries françaises

Connaissez-vous les 5 actions pour financer votre progrès dura...

Dans le contexte inflationniste actuel, il peut être difficile de trouver les ressources financiè...

Réunion sur les Appels à projets 2022

Top 5 des appels à projets en 2022

Afin de soutenir le financement de projets innovants en France, de nombreux appels à projets sont...

entreprise industrielle et crise énergétique : mettez en place un audit énergétique pour faciliter votre transition

Crise énergétique : comment lier sobriété, rentabilité et fina...

Dans un contexte de crise énergétique et de pression du gouvernement, les entreprises industriell...

Suppression de la CVAE : quels impacts pour les collectivités ?

Suppression possible de la CVAE à horizon 2024 ?

La cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) est qualifiée par le gouvernement d’im...