Annulation du décret sur l’accès aux données médicales

  • Par Audrey Amory
    • 01-12-2022
    • read
  • Twitter
  • Linkedin

Initialement, le décret autorisait les prestataires extérieurs et commissaires aux comptes à accéder aux dossiers médicaux des patients. Néanmoins, suite à l’absence de garanties suffisantes quant à la protection des données individuelles de santé, le Conseil National de l’Ordre des Médecins (CNOM) a déposé un recours pour annuler partiellement le décret, au motif d’un excès de pouvoir.

2 cas de figure : les commissaires aux comptes et les prestataires extérieurs

Le Conseil d’Etat a donc annulé le décret, en indiquant que, dans le cas des commissaires aux comptes, l’accès aux données ne pourra pas être repris tant que des aménagements spécifiques ne seront pas mis en place. Il ajoute que le texte ne prévoit pas de mesures techniques et organisationnelles propres à garantir la protection du droit de la personne concernée au respect du secret médical.

Malgré la demande du CNOM d’exclure les prestataires extérieurs (en qualité de sous-traitants), le Conseil d’Etat ré-affirme également que ces derniers sont eux autorisés à consulter les données médicales nominatives, dans la mesure où ils font partie des personnels placés sous l’autorité du praticien responsable du Département de l’Information Médicale (DIM). Le Conseil d’Etat reconnait toutefois que le décret ne prévoit pas de garanties suffisantes pour assurer que l’accès aux données n’excède pas celui qui est strictement nécessaire à l’exercice de la mission des prestataires.

En attendant le nouveau décret

En attendant la publication d’un nouveau décret intégrant ces éléments, les commissaires aux comptes ne peuvent accéder qu’à des données pseudonymisées, à moins d’avoir recours aux services d’un médecin expert.

Les prestataires extérieurs peuvent quant à eux continuer leurs interventions, à condition que le responsable du DIM veille à ce qu’ils accèdent à des données identifiantes uniquement dans la stricte limite de ce qui est nécessaire.

Nos experts Leyton-CTR peuvent donc poursuivre leurs missions en toute conformité et continuer à vous accompagner dans l’optimisation de vos recettes d’activité.

Auteur

Audrey Amory

Senior Manager - BU Solutions Médico-Economiques

Découvrez nos derniers insights

Voir plus arrow_forward
Evolutions technologiques et vote électronique : quels impacts ?

Evolutions technologiques et vote électronique : quels impacts ?

Les machines à voter en bureau de vote, retour sur l’historique de leurs déploiements et ut...

Le 5 leviers RH et fiscaux pour sauver les grandes industries françaises

Connaissez-vous les 5 actions pour financer votre progrès dura...

Dans le contexte inflationniste actuel, il peut être difficile de trouver les ressources financiè...

Réunion sur les Appels à projets 2022

Top 5 des appels à projets en 2022

Afin de soutenir le financement de projets innovants en France, de nombreux appels à projets sont...

entreprise industrielle et crise énergétique : mettez en place un audit énergétique pour faciliter votre transition

Crise énergétique : comment lier sobriété, rentabilité et fina...

Dans un contexte de crise énergétique et de pression du gouvernement, les entreprises industriell...

Suppression de la CVAE : quels impacts pour les collectivités ?

Suppression possible de la CVAE à horizon 2024 ?

La cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) est qualifiée par le gouvernement d’im...